« Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise »

À l’invitation du préfet de Saône-et-Loire, Fabien Sudry, 200 à 300 personnes se sont réunies au sein de la cour d’honneur de la préfecture, à Mâcon, jeudi à 12 heures, pour observer une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat ayant visé Charlie Hebdo.

Peu avant le rassemblement, les participants, le visage grave, la gorge nouée pour certains, n’avaient pas de mots assez forts pour qualifier leur ressenti. « L’indignation, l’écœurement. Qu’une telle chose ait pu avoir lieu, ça retourne tout le monde », confiait Serge Nevers, 66 ans, retraité de la préfecture. Pierre Treille, 62 ans, membre de la Direction départementale des territoires, indiquait, pour sa part, ne pas concevoir d’exprimer son soutien autrement que par sa présence. « Attristé », il s’avouait « extrêmement inquiet pour l’avenir, à cause de la menace qui pèse sur la République ».

Vigilance accrue dans les lieux publics

Après l’instant de recueillement, Fabien Sudry a précisé qu’une réunion de crise se tiendra tous les jours en préfecture, pendant la durée de l’événement, afin d’adapter le déploiement des forces de l’ordre sur le territoire départemental. Dans l’immédiat, des consignes de maintien en poste et d’annulation des congés ont été passées auprès des différents services, afin d’accroître la vigilance et la visibilité dans les lieux publics, « gares et centres commerciaux notamment ». Le représentant de l’État a, de surcroît, enjoint le public à la plus grande « attention sur les lieux de culte ». Et de rappeler que « face à des événements aussi abominables, ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise ».