Après Charlie Hebdo : les librairies dévalisées

DSC_0938Les libraires des grandes villes saône-et-loiriennes constatent un fort intérêt du public pour les ouvrages autour de Charlie Hebdo ou de thématiques connexes.

Depuis trois semaines et la vague d’attentats ayant frappé l’Hexagone, la demande concernant les ouvrages des auteurs historiques de Charlie Hebdo , Cabu et Wolinski en tête, explose. Un phénomène constaté de manière générale par les bouquinistes et libraires de grandes villes. « Tous les livres de Charlie se vendent, à condition qu’ils soient disponibles… Les gens qui en achètent le plus sont les habitués de Charlie qui viennent en hommage », explique Jean-Marc Brunier, propriétaire du Cadran lunaire de Mâcon. « La plupart des stocks sont épuisés de partout, confirme Marie-Laure Fleutot, gérante du Point virgule à Paray-le-Monial. Les éditeurs ont été submergés de demandes. Les gens peuvent mettre 30 à 40 €. Cela surprend parce qu’auparavant, ça ne se vendait pas. »

Houellebecq entre deux eaux

À Autun, Emmanuel Martinez, de la Librairie du passage constate de son côté que Soumission , le dernier ouvrage de Michel Houellebecq mettant en scène la prise du pouvoir en France par un parti islamiste « s’est complètement planté depuis les attentats ». « Même les gens qui me l’avaient commandé ne sont pas venus le chercher », ajoute le libraire. Un phénomène que Lætitia Tillier, copropriétaire de La Mandragore à Chalon-sur-Saône, n’a pour sa part pas observé. Les 20 premiers ouvrages réceptionnés s’étant tous vendus jusqu’au 9 janvier, tandis que le réassort connaît un bon succès. En revanche, « on observe une demande sur le Traité sur la tolérance de Voltaire et un peu autour de l’islam, avec le livre de Lydia Guirous, Allah est grand la République aussi et le Coran », conclut la libraire.